Accueil- Perte de cheveux femme

Perte de cheveux chez la femme

Même si cette condition est plus souvent attribuée à l'homme, une perte de cheveux dite anormale peut assez fréquemment toucher les femmes. En effet, de nombreuses femmes souffrent d'une forme d'alopécie nommée androgénétique. Ce genre d'alopécie est en grande partie héréditaire et hormonal, d'où le terme androgénétique (andro = androgènes, génétique = hérédité). Dans les différentes cliniques capillaire Norgil, nous recevons autant de femmes que d'hommes venant consulter pour des problèmes d'alopécie et de santé des cheveux.

Parmi toutes les femmes aux prises avec des problèmes de perte de volume capillaire, plus de 90% connaissent cette forme d’alopécie. Il est toutefois important que le bon diagnostic de santé des cheveux soit posé. En effet, chaque être humain, qu’il soit homme ou femme, est sujet a une perte de cheveux  naturelle à tous les jours, tout au long de sa vie.

Les signes démontrant une perte de cheveux androgénétique

  1. Vous perdez plus de 100 cheveux par jour et ce, depuis déjà plusieurs semaines (voir les chiffres sur la perte et la pousse du cheveu).
  2. Vous remarquez une accélération de la perte ou une dégradation importante de la quantité de cheveux sur votre cuir chevelu.
  3. Vous remarquez un éclaircissement partiel ou total de votre chevelure, et vous réalisez qu'il n'y a pas de repousse.

Le processus de perte de cheveux chez la femme

Lors de perturbations hormonales, les phases naturelles de la vie des cheveux sont bouleversées. Lorsque la phase anagène (période de croissance du cheveu) est raccourcie, la perte de cheveux anormale est accentuée.

Un risque d’excès séborrhéique (excès de gras provoqué par un dérèglement de la glande sébacée), est courant pendant cette période, et peut aggraver la chute de cheveux.

En savoir plus sur le cycle naturel des cheveux

Les hormones mâles (la testostérone) peuvent muter en DHT (ou dihydrotestostérone) lorsque le niveau de l’enzyme 5 Alpha réductase est trop élevé, c’est cette mutation qui va  entraîner un raccourcissement de la phase de croissance du cheveu (phase anagène).

En savoir plus sur la DHT

Régions touchées du cuir chevelu

Les régions les plus touchées sont la zone frontale, le dessus de tête, et le vertex.

On observe généralement un éclaircissement de la zone située près de la séparation naturelle des cheveux de femme (raie centrale) ou celle que les femmes ont l'habitude de faire lorsqu'elles se coiffent.

Le dégarnissement près des tempes et du devant de la tête

Dans un stade plus avancé, cette zone peut devenir plus grande, la perte de cheveux s'étendant alors sur une bonne partie du dessus de la tête .avec un éclaircissement pouvant aller de la zone frontale, ainsi que dans le haut de la nuque.

Les causes physiologiques principales

Plusieurs prédispositions ou dérèglements physiologiques peuvent augmenter le risque de souffrir de perte de cheveux. Voici une description plus approfondie des deux principales causes physiologiques de l’alopécie androgénétique :

L'hérédité

Dès le stade embryonnaire, l'hérédité commence à jouer un rôle lors de la formation du cuir chevelu à partir des gènes dominants de la femme ou de l'homme. Lorsque la future mère est déjà atteinte d’une forme d’alopécie, même avant sa grossesse, les chances pour le bébé d'en être affecté plus tard sont multipliées par 10. Lorsque tant la mère que le père en souffrent, le risque est supérieur à 90%.

Les hormones

Les bouleversements physiologiques, plus nombreux chez la femme en plus d'autres facteurs externes, favorisent les changements hormonaux. À chaque étape du cycle de la vie d'une femme, différents types d'hormones sont sécrétées de façon différente selon l'âge et le mode de vie.

Les cycles de vie de la femme et leurs effets sur les cheveux

Bébé

Bébé fille

À la naissance, le bébé est en phase de production de cheveux; il ne faut donc pas s'affoler si certaines zones ne sont pas couvertes. De plus, dans les premiers mois de vie, un bébé peut perdre plusieurs cheveux en même temps et ce, plus abondamment qu'une femme adulte. En effet, chez le nourrisson, la phase télogène se produit sensiblement au même moment pour tous les follicules pileux.

Petite fille (de 2 ans à 10 ans)

Fille cheveux long

Au début du stade de la petite enfance, la petite fille est confrontée à plusieurs problèmes de santé, virus et à de nombreuses possibilités d'infections. Il faut particulièrement veiller à lui procurer une alimentation saine et offrant l'ensemble des nutriments essentiels.

Si l’alimentation est déficiente, et plus particulièrement lors de carences en vitamines, la petite fille pourrait être touchée par certains problèmes du cuir chevelu tels que des irritations, et des rougeurs.

Pubère et adolescente (de 10 ans à 18 ans)



Quoique plus rarement touchée par des problèmes d'alopécie grave, l'adolescente entre dans une phase importante de transition vers la femme adulte. Les changements hormonaux dus à l'apparition des menstruations et aux autres changements qui caractérisent cette phase de développement augmentent les possibilités d'apparition de problème de perte de cheveux.

Il faut voir à ce que l'apport en nutriments, par la nourriture ou par des suppléments alimentaires, soit parfaitement contrôlé de façon à ce qu'aucun manque ne puisse augmenter le risque de perte de cheveux.

À cet âge, l'adolescente peut décider de consulter un professionnel si le problème de cheveux est observé sur une période de plusieurs semaines.

Femme adulte

Femme à la maison avec petite fille

Les produits coiffants

À la base, ce stade de vie n'engendre pas de changements hormonaux à proprement parler. Toutefois, la majorité des femmes utilisent une multitude de produits et appareils coiffants. Certains d’entre eux peuvent être nocifs alors que d'autres, quoique inoffensifs en eux-mêmes, peuvent  être mal utilisés. Il importe de connaître les bonnes techniques pour chacun d'eux afin de maintenir les cheveux en santé.

Apprenez-en plus sur les produits coiffants pour cheveux.

La pilule contraceptive

Cette méthode de contraception entraîne plusieurs changements hormonaux importants chez la femme, plus particulièrement quant au niveau d'oestrogène et de progestérone. L'objectif de ces pilules est justement d'empêcher l'ovulation en créant un important bouleversement hormonal et effets sur la santé des cheveux.

Apprenez-en plus sur la pilule contraceptive et la perte de cheveux

La grossesse et l'accouchement

Grossesse et accouchement perte de cheveux

Toutes les grossesses sont différentes et chaque femme répond différemment aux importants changements physiologiques et hormonaux qui bouleversent son corps.

Les hormones et la grossesse

Lors des premiers signes de l'apparition de l'embryon, soit quelques jours après la conception, la première hormone qui permet de déceler la présence d'une grossesse fait sont apparition : c'est la HCG ou hormone chorionique gonadotrope humaine. La fonction de cette hormone est de sécréter davantage d'oestrogène et de progestérone, ce qui affecte par le fait-même le cuir chevelu de la femme enceinte. Plus souvent qu'autrement, c'est une amélioration de la santé capillaire qui est observable.

En connaître davantage au sujet de la grossesse et de la maternité

Ménopause

Femme à la ménopause

Cette période, située entre la péri-ménopause et la post-ménopause, est caractérisée par une chute drastique des hormones oestrogènes chez la femme. Souvent accompagnée de divers changements et troubles physiologiques, la ménopause peut parfois provoquer un dégarnissement et une perte anormale des cheveux en fonction de la santé générale.

En effet, à cette période, la femme ayant des cheveux habitués à une certaine quantité d'oestrogène (hormone femelle) qui contrôle les androgènes (hormones mâles) pourrait remarquer une baisse importante de volume capillaire.

Femme d’âge mûr

Femme agée

Suivant la ménopause, cette période, appelée post-ménopause, est caractérisée par un appauvrissement du cuir chevelu. De plus, les cheveux des femmes d’âge mûr   sont souvent plus fins et deviennent de plus en plus blancs, ce qui peut donner une apparence de calvitie.

Facteurs aggravants

Stress et fatigue

Femme au travail

Tout au long de sa vie, la femme aura à faire face à plusieurs épisodes de stress.

Femme sur le marché du travail

Le stress lié au monde du travail est de plus en plus important.  Bien souvent, en plus du stress quotidien de la performance et de la concurrence, la femme doit faire face à plusieurs responsabilités dans toutes les sphères de sa vie, notamment sur le plan familial et domestique.

Femme à la maison

Pour la femme à la maison, particulièrement si elle a plusieurs enfants à charge, la situation n'est guère plus facile. En effet, les multiples responsabilités vis à vis ses enfants et le manque de sommeil et de repos diminue sa capacité physique.

L'apparence

Une autre forme de stress touche la majorité des femmes, soit le stress lié à leur apparence physique. La pression qu'exercent les médias en affichant des chevelures et des corps de femmes parfaits peut peser lourd sur le plan psychologique. Ce poids est encore plus important si les cheveux sont  ternes, secs, gras, cassants, ou si la femme connaît d’autres problèmes capillaires. Plus les choses s'aggravent, plus la femme culpabilise par rapport à l’état de santé de ses cheveux.

Chimiothérapie

Femme lors de chimiothérapie

Tant sur l'apparence que sur le moral, ce combat contre le cancer est connu de tous. La perte de cheveux qui suit certaines formes de chimiothérapie chez la femme rend l'épreuve de la maladie encore plus difficile à surmonter. Les solutions sont toutefois très variées mais souvent méconnues. Quoique cette perte de cheveux ne soit souvent que temporaire, il importe de prendre les mesures nécessaires afin de retrouver tout l'éclat d'une chevelure en santé quelques mois après cette épreuve.

La femme a en effet plusieurs alternatives pour chaque phase de la chimiothérapie et de la post-chimiothérapie.  Pendant toute la durée de la chimiothérapie et pendant la période de repousse des cheveux, la femme pourra compter sur un très grand choix de perruques naturelles ou synthétiques existant sur le marché.  Il est toutefois conseillé de maximiser le potentiel de repousse des cheveux après la chimiothérapie en suivant les conseils de professionnels de la santé du cheveu.

Apprenez-en plus sur la perte de cheveux lors de chimiothérapie

Pellicules

Souvent combinées à des démangeaisons, les pellicules donnent l'impression que la femme soigne mal ses cheveux. En fait, les pellicules ont plusieurs causes et ne sont pas nécessairement liées à une mauvaise hygiène.

En savoir plus sur les pellicules

Carences alimentaires

Femme et carences alimentaires

Les diètes et régimes trop sévères peuvent souvent mener à des carences alimentaires. La femme est particulièrement touchée par ce type de problèmes compte tenu de la pression exercée par la société et les médias sur son apparence physique. Des problèmes tels que la boulimie et l'anorexie peuvent facilement avoir  de graves répercussions physiologiques. Le cuir chevelu de la femme n'est pas épargné par tous ces comportements nuisibles.

En connaître davantage sur l'alimentation et la perte de cheveux

Parasites et autres maladies

Plusieurs maladies et parasites du cuir chevelu peuvent causer des problèmes aux cheveux de la femme. Parmi ceux-ci se retrouvent les pellicules, la dermite séborrhéique du cuir chevelu, la pelade, le psoriasis, le lupus et la trichotillomanie.

Changements d'habitudes

À tous les stades de la vie d'une femme, il est bon de tenir compte des changements physiologiques, d'événements marquants ou d'habitudes de vie nocifs et ainsi prévenir une perte importante de cheveux.

Afin d'obtenir un bilan de votre état capillaire de façon à prévenir la perte de cheveux ou améliorer la santé de votre cuir chevelu, contactez un vrai expert capillaire qui saura vous appuyer dans vos démarches.

Suivez-nous


Coordonnées Norgil Canada

630, rue Sherbrooke ouest, #1040
Montréal (Québec) H3A-1E4

1-800-561-4247
(514) 843-9080